• Ni RADIATION Ni MÉPRIS... Juin 2009

    Ni RADIATION Ni MÉPRIS,
    Ni contrôle social des précaires, ni emplois forcés,
    FAISONS PLOYER PÔLE EMPLOI !

    Certaines personnes essaient encore de nous faire croire que le rôle de Pôle emploi (ex-ANPE) serait d’aider les chômeurs à retrouver un emploi selon leurs désirs, leurs possibilités, qualifications, etc. … De la même façon, on veut nous faire croire que le Rsa c’est tout beau, y’a qu’à entendre les pubs méprisantes que se paie l’État dans les médias.

    Seulement, nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus y croire. En même temps que nous sommes de plus en plus nombreux (rien qu’avec la méga-vague de licenciements et d’intérimaires non-renouvelés) à être confrontés à ce qui semble être la mission première de Pôle emploi : faire des économies sur le dos des pauvres, en multipliant les radiations, en nous sortant des droits au chômage, en dissuadant d’obtenir ces droits, en forçant la main pour n’importe quel travail.

    Et pour ça, tous les moyens sont bons :

    • multiplication de rendez-vous obligatoires (qui parfois sont annulés, parfois sont fictifs), dont le seul intérêt est d’augmenter les possibilités d’absence à un rendez-vous, et donc de radiation…
    • enfermement de chaque cas individuel dans une case limitant nos choix, forçage des chômeurs à accepter n’importe quel boulot, à n’importe quel prix, sous peine d’être radiés…
    • multiplication et complexité des démarches nécessaires (mensualisation, ...), mise en place du numéro d’appel unique 3949, qui en plus d’être coûteux, vous met en contact avec une machine et, pour les plus chanceux, avec un interlocuteur, qui n’est pas votre conseiller et est sans cesse changeant... pôle emploi, c’est le monde de Kafka !
    culpabilisation et suspicion du chômeur, pression psychologique, isolement par l’individualisation, soumission à une disponibilité extensive pour tout rendez-vous, contrôle ou démarche… hé oui parce qu’il faut savoir que “le travail rend libre” !

    ... Pôle emploi tend à être largement un service “public” au service du patronat. Sa politique est un parfait reflet du mépris et de l’arrogance des puissants envers les plus démunis.


    Nous sommes nombreux à ne pas vouloir “payer leur crise”.

    Pourtant pendant ce temps, l’État donne des milliards aux banques et aux entreprises ; ainsi dans le plan de relance de Sarkozy de Nagy-Bosca, l’État doit verser 2,5 milliards d’ pour EDF, alors que son gouvernement prévoit pour nous une augmentation de l’électricité au 1er août 2009, de 2 à 3% (Nous payons donc 2 fois !).
    Et Pôle emploi, plus préoccupé par son image que par sa mission d’assistance aux chômeurs, n’hésite pas à débourser 500 000 euros pour refaire son logo (déjà changé en 2004) ! Et le Directeur Général Christian Charpy qui bénéficie d’une hausse de salaire de 20% à 275.000 /an en 2009... etc.


        Le 18 juin dernier, une petite mobilisation chez les salariés de Pôle Emploi à l’appel de 3 syndicats, s’est traduite par une grève de 24h, sous des mots d’ordre qui tiennent compte des “usagers” (“Abrogation du dispositif de l’offre raisonnable d’emploi. Non au travail d’auxiliaire de police”). Nous savons que la fusion de Pole Emploi se fait difficilement et si nous en sommes victimes (notamment par des blocages de versement), les salariés en souffrent aussi (les dépressions et suicides sont nombreux ; pourtant, 145.000 candidats espèrent accéder aux 1840 nouveaux postes prévus!) ; nous nous déclarons solidaires de ces salariés qui sont prêts à refuser les charges ET le rôle que leur employeur leur impose.
        Des mobilisations de précaires refleurissent ces dernières années un peu partout, à Paris, Rennes, Caen, Lyon, Nantes, Toulouse, ... En rebondissement, et par solidarité à la grève des salariés de pôle emploi, plusieurs collectifs organisent d’ailleurs des actions pour cette fin juin.


    Si individuellement, on nous sucre nos allocs, si on nous menace de radiation, si on nous impose des stages ou des formations idiotes, des emplois de merde, si on veut nous virer de notre logement, si on refuse cet ordre social, ne restez pas isolés !
    Parlons-en autour de nous, échangeons, faisons nos démarches accompagné par qui nous voulons,
    créons des solidarités, rejoignons des collectifs, organisons une réponse collective !
    C’est collectivement que nous pourrons refuser ce qu’on veut nous imposer en luttant contre,
    que nous pourrons assurer notre subsistance sans nous soumettre à leurs emplois et leur contrôle !

    Organisons-nous. Face aux radiations, face au travail forcé, face à la précarité,
    Ne nous laissons plus faire !


    Collectif-Précaires de Tours

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :