• COLLECTIF-PRÉCAIRES, POURQUOI FAIRE ?

    Nous sommes dans ce collectif parce que nous en avons marre de la galère, marre de l'isolement. Aussi, nous voulons agir collectivement et exercer notre solidarité.
    Si vous avez des problèmes (CAF, Pôle Emploi, interim, EDF/GDF, loyers, des fins de mois qui commencent dès le début, des pressions et infantilisations, ...) n'hésitez pas à nous contacter. Nous pourrons en discuter et envisager les moyens d'y faire face. Ensemble on est plus fort !

    • Se mettre l'étiquette précaire, drôle d'idée non ?

    "Précaires", c'est un mot flou qui pourrait être très très large, dans lequel beaucoup de gens pourraient s'y retrouver... ou rejeter.
    Ce qui est sûr, c'est qu'on est chacun dans des situations différentes, et pourtant la précarité nous réunit.
    Nous sommes touchés chacun par des difficultés économiques et matérielles.
    Nous sommes confrontés aux administrations qui cherchent à cadrer les classes dangereuses.
    Nous sommes en butte aux contraintes patronales et à celles liées au manque de ressources et aux logiques capitalistes.
    Face à cette situation d'insécurité et d'instabilité, chacun adopte une stratégie, qui lui convient plus ou moins.
    Pourtant nous croyons qu'il est temps de se retrouver, nous précaires ; de rompre l'isolement qui nous maintient docile, d'établir alors des pratiques solidaires et se constituer en force collective pour mettre à mal cette domination qui nous est imposée à tous bien que chaque fois différemment.

    • Une organisation en collectif :

    Un collectif est une sorte d'association de fait ; le collectif n'existe que s'il y a des gens pour le faire vivre. Le collectif est un regroupement de personnes qui s'organisent avec le moins de médiation possible, une participation directe. L'implication choisie par chacun fait l'appartenance (de fait). Plus on est de fou plus on rit !



    • Pour nous contacter :

    precairestours@no-log.org / 06-59-44-99-16

    Réunion hebdomadaire le Lundi à 20h30 au pub L'Atelier, 20 rue de Chateauneuf, à l'étage




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique